[Lecture] Anthony LAMACCHIA, Edward Sakedos l’apprenti nécromant

[Service de Presse #14]

« Dans le village de Lourde-Brume, vit un jeune garçon : Edward Sakedos. Mais il n’est pas un enfant comme les autres : c’est un nécromant, un magicien capable de communiquer avec les morts. Pour se venger des vacheries de ses camarades de classe et les effrayer, Edward décide d’invoquer Wilfried Desfriches, condamné à la peine capitale pour avoir assassiné treize enfants. Mais alors que le zombie sort de sa tombe, celui-ci lui confie qu’il n’a jamais tué personne, qu’on l’a accusé à tort, et que le vrai meurtrier court toujours et risque de récidiver à tout moment.

Commencent alors les péripéties d’Edward Sakedos pour sauver les enfants du village de Lourde-Brume.

Aventures, humour, magie noire, cimetière, marais hanté et rebondissements sont au programme de ce roman qui vous happera jusqu’à la dernière page. »

[En bref] < Edward Sakedos, l’apprenti nécromant > est un roman à visée jeunesse à l’ambiance bien glauque mais à l’originalité évidente. La nécromancie apporte une dimension très attrayante et nouvelle à l’histoire ce qui est vraiment agréable. Les personnages sont touchants et l’auteur est très méticuleux sur quelques petits détails comme par exemple les noms propres. C’est réfléchi jusqu’au bout ! Les rebondissements sont nombreux, le cheminement du récit est parfait, sans pause ni répit. Il faut cependant avouer que les thèmes proposés ici sont très puissants et importants. Entre mort, injustice et violence, Anthony LAMACCHIA fait preuve d’une très grande habileté en introduisant beaucoup d’humour face à ces sujets si sensibles. Ceci amène beaucoup de légèreté à l’histoire et permet avec une facilité déconcertante d’amener en douceur ce genre de concepts bien noirs auprès des enfants. Il faut le dire, c’est un excellent livre pour dédramatiser la mort, pour comprendre les violences, discerner quelques injustices mais aussi pour sensibiliser à certains dangers réels. [18/20]

Un livre drôle et frais en apparence mais beaucoup plus profond qu’il n’y parait !


 – Trois raisons pour découvrir ce livre –

  • Des thèmes puissants, importants et imposants.
  • Une accessibilité exemplaire malgré la complexité et la noirceur de l’histoire.
  • Une dimension nécromancienne originale, changeante et attrayante.

???

  • Qui ? Parfait pour tous les enfants et les adolescents.
  • Pour ? Introduire et comprendre ces concepts bien flous de mort et d’injustice.
  • Quand ? Idéalement aux alentours d’Halloween quand l’ambiance est au summum.

♦♦♦♦♦

Je remercie chaleureusement Anthony LAMACCHIA pour m’avoir une fois encore accordé sa confiance et permis de découvrir son récit.

♦♦♦♦♦

Anthony LAMACCHIA
Edward Sakedos, l’apprenti nécromant

Edward Sakedos

 

 

 

 

Style : Fantastique.
Public : Jeunesse.
Mon livre : Ebook – auto-édition.
Parution : 2019.
Pages : ~274.

 

 

 

 

 

[La couverture] Mais que dire de cette couverture haute en couleur ! D’emblée on remarque ce beau dessin à visée livre jeunesse. Les coloris sont voyants, flashy, j’aime ça. Le jeune homme représenté ici est fidèle à ce qu’on pourrait s’imaginer d’Edward Sakedos. Une ambiance machiavélique mais sans trop en faire. Un peu de sorcellerie, que dis-je, de nécromancie ! Bref, c’est une couverture qui reflète bien le contenu du livre. Moi j’aime beaucoup. Très belle !

[Les premiers mots] (Chapitre 01) Du sang…
Il en avait plein les mains.
Il venait de se prendre une balle en pleine figure.
– Regardez ! Regardez ! Il pisse le sang, cria-t-on devant lui.
Le choc lui avait mordu le visage et l’avait mis à genoux malgré lui. Il sentit comme une main glacée lui tordre les intestins alors que des ombres furtives s’agglutinaient devant ses yeux dans un chahut chaotique, engloutissant la lumière spectrale qui descendait du plafond.

♦♦♦♦♦

avis

Toujours au plus près de l’auto-édition, nouvelle découverte après mon thriller historique. Plusieurs motivations… Un récit qui m’a intrigué tant par sa couverture que son synopsis. Un roman jeunesse aux thèmes qui changent ! Et un auteur que j’apprécie et que je souhaite soutenir. Bref, une histoire qu’il ne fallait pas que je loupe.


Les bases

[L’histoire] Edward Sakedos est un jeune garçon dont l’adolescence ne se passe pas aussi bien que prévu. Il est la risée de ses camarades de classe. Alors pour pouvoir se venger de leur méchanceté et de leur rejet, Edward se lance dans une douce et gentillette vengeance. Juste pour leur faire peur. C’est en faisant appel à ses pouvoirs d’apprenti nécromant qu’il décide donc de réveiller le plus méchant des habitants du cimetière dans l’unique but de terroriser ses camarades. Mais ce cadavre n’est pas n’importe qui et cette nouvelle alliance va faire ressortir à la lumière du jour une ancienne affaire bien plus terrible que la motivation première d’Edward…

[Le personnage principal : Edwars Sakedos] C’est un jeune garçon à l’apparence frêle et fragile. Un ado timide et solitaire. Le parfait camarade bizarroïde pour tous les jeunes de son âge. Vous savez, celui qui est la cible de toutes messes basses, ou encore, celui dont personne ne veut s’assoir à ses côtés en classe. Il est pourtant gentil, volontaire, drôle, autodidacte et un aussi peu courageux.


L’ambiance & le contenu

[Un dimension nécromancienne originale et attrayante] La première chose frappante de cette histoire, c’est bien sûr cet axe principal basé sur la nécromancie. Pour Edward Sakedos, adolescent bizarroïde, la mort fait partie de son quotidien (je n’en dirais pas plus, non non non !). C’est donc tout naturellement qu’il est attiré par la nécromancie. A l’aide de son grimoire et de son costume (de simples détails mais très bien pensés), il va évoluer petit à petit sur les chemins de cette magie et ceci en parfaite autodidaxie. J’ai particulièrement apprécié cette originalité parce que c’est quelque chose qu’on ne trouve pas souvent dans les romans jeunesses. Ça permet d’introduire une nouvelle dimension magique bien différente des autres et d’apporter bien simplement quelque chose de beaucoup plus sombre.

[Un parfait mélange sombre et glauque…l Dès le début du roman, nous nous retrouvons plongés dans une ville à l’ambiance pesante et feutrée ; Lourde-Brume porte d’ailleurs extrêmement bien son nom. Il faut quand même avouer que l’auteur ne lésine pas sur les détails. Disséminés ça et là ils sont savamment bien choisis et inclus au texte pour parfaire ce climat à la fois glauque et austère et ainsi conduire son lecteur dans des profondeurs bien étranges. Mais ceci est sans parler des personnages et des mystères qui les entourent ! De l’ado solitaire au mort extravagant, tout est là pour appuyer ce contexte morbide à la spécificité déroutante.  Bref, tout est maîtrisé, abouti et réfléchi. Et c’est tellement bien dosé et bien réalisé qu’on pourrait en ressentir des frissons rien qu’en y repensant !

[… pour une histoire riche en rebondissements] Cependant, cette ambiance étrange, bien que délicieuse, ne fait pas tout le récit ! Non ! Parce qu’au delà de ceci, on découvre une histoire très riche, profonde et aux innombrables rebondissements. Edward, notre apprenti nécromant, se montre très courageux, ambitieux et ses pouvoirs lui confèrent une confiance en lui plutôt incroyable. Ceci lui permet évidemment de se lancer corps et âme dans son projet. Sauf que… une chose en appelant une autre, il se retrouve très vite propulsé au cœur d’une affaire très étrange à l’injustice frappante. Il va donc tenter d’en comprendre les faits et de faire éclater la vérité au grand jour. Mais ce ne sera pas de tout repos, puisqu’à chaque fois qu’on aura l’impression de démêler les fils de cette histoire, de nouveaux éléments vont faire surface. Globalement, il n’y a donc aucun répit ni aucune pause dans ce roman ; une affaire résolue en amenant une nouvelle. C’est incroyable, riche et très appréciable.


Le fond, la forme, la plume

[Des thèmes puissants et importants] Je tiens particulièrement à saluer la prestation de l’auteur avec ce roman, parce mine de rien et malgré ses apparences de livre jeunesse tout simple se cachent des concepts très profonds. Les thèmes abordés sont d’une puissance remarquable. En effet, on y trouve la mort évidemment, mais aussi l’injustice et la violence. Tout est clairement expliqué et si bien simplement amené que ces sujets sensibles se retrouvent être liés à une banalité déconcertante. C’est donc sans tabous qu’Anthony LAMACCHIA nous amène à découvrir ces concepts profonds et bien noirs. Et je pense que c’est une excellente chose d’avoir lié tous ces thèmes dans un roman à visée jeunesse parce que ce sont souvent des éléments qu’on évite globalement d’aborder avec des enfants. C’est osé, habile et maitrisé.

[L’humour : imposé et important] Malgré la noirceur des sujets abordés, l’auteur a su introduire par-ci par-là beaucoup d’humour dans son récit. Que ce soit dans les noms propres (lieux, personnages), dans les paroles échangées ou dans les faits et gestes de chacun, tout est bien détaillé et choisi avec une grande méticulosité. C’est à la fois étrange et distrayant. Mais cet humour très présent permet avant tout d’apporter beaucoup de légèreté au récit. Effectivement, les concepts que l’on y trouve sont certes très sensibles et profonds, mais grâce à cet humour, qui je pense caractérise bien l’auteur, s’en retrouvent totalement chamboulés et sont là, proposés et imposés avec beaucoup de justesse et de délicatesse.

[Une écriture légère et accessible] Deux livres, deux ambiances. C’est ce que j’ai pu découvrir grâce à la plume d’Anthony LAMACCHIA. J’aime particulièrement la justesse de ses mots et de ses histoires. C’est un auteur que j’apprécie énormément parce qu’il arrive à nous emmener sur des chemins bien tortueux avec une grande facilité. Son écriture est fluide et légère, à la fois sérieuse, drôle et osée. Je recommande, parce que c’est toujours une belle découverte !


Quelques détails

[Mon petit point négatif] Que dire… Je crois que je regrette seulement que l’histoire se termine aussi vite. J’ai l’impression de ne pas passer assez de temps auprès des personnages. Pourtant il y a beaucoup d’éléments et de rebondissements. Mais c’est comme ça, avec les livres que j’apprécie. J’ai toujours le petit regret de la dernière page.

[Cette histoire en quelques mots]
• Des concepts : la mort, l’injustice, la violence.
• Des éléments : riche, diversifié,  profond.
• L’essentiel : puissant, léger, drôle.

♦♦♦♦♦ 

< Edward Sakedos, l’apprenti nécromant > est un roman à visée jeunesse à l’ambiance bien glauque mais à l’originalité évidente. La nécromancie apporte une dimension très attrayante et nouvelle à l’histoire ce qui est vraiment agréable. Les personnages sont touchants et l’auteur est très méticuleux sur quelques petits détails comme par exemple les noms propres. C’est réfléchi jusqu’au bout ! Les rebondissements sont nombreux, le cheminement du récit est parfait, sans pause ni répit. Il faut cependant avouer que les thèmes proposés ici sont très puissants et importants. Entre mort, injustice et violence, Anthony LAMACCHIA fait preuve d’une très grande habileté en introduisant beaucoup d’humour face à ces sujets si sensibles. Ceci amène beaucoup de légèreté à l’histoire et permet avec une facilité déconcertante d’amener en douceur ce genre de concepts bien noirs auprès des enfants. Il faut le dire, c’est un excellent livre pour dédramatiser la mort, pour comprendre les violences, discerner quelques injustices mais aussi pour sensibiliser à certains dangers réels. Un livre drôle et frais en apparence mais beaucoup plus profond et sérieux qu’il n’y parait. [18/20]

♦♦♦♦♦

extraits

[#1 – 13%] Pour ce qui était de l’aspect physique, le cadavre de Wilfried Desfriches était conforme à la vision que s’en était fait Edward : un corps en pleine décomposition. Sa chair pourrissante pendait en lambeaux sur ses os décharnés, son costume rapiécé et déchiré était couvert de terre, et quelques cheveux réduits à des filaments blanchâtres subsistaient sur son crâne craquelé. Et ce n’était rien en comparaison de son effroyable visage. Sa peau était d’une pâleur extrême, ses joues creuses et desséchées – celle de gauche était d’ailleurs en partie arrachée, découvrant une mâchoire cabossée aux dents cassées. Il manquait une narine à son nez et des asticots gesticulaient dans ses oreilles flétries comme des fruits secs. Mais le plus impressionnant pour Edward restait ses yeux : deux cailloux d’un blanc neigeux, enterrés dans deux fosses oculaires, avec un tout petit point noir en guise de pupille.
Pas de doute, c’est un zombie vrai de vrai.

[#2 – 24%] Wilfried Desfriches brailla en levant les bras.
— Rah ! Les vivants de nos jours… C’est important ! Depuis toujours, on enterre et on veille nos morts, je ne t’apprends rien. Appelle ça tradition religieuse, ou coutume, ou je ne sais quoi d’autres ; qu’importe qu’un curé fasse un speech à Dieu, ou qu’une femme pleure son mari, ou qu’un enfant dise adieu à ses parents, dans tous les cas, on accompagne le mort à entrer dans l’Autre monde. Il n’y a rien de théologique ou de scientifique dans cet acte, mais il doit être fait ! Sinon, l’âme humaine ne parvient pas à trouver son chemin et ne trouvera pas le repos éternel auquel nous sommes tous destinés. C’est comme ça : l’homme a besoin d’être affranchi des vivants pour accepter la mort. Tu comprends ?

[#3 -30%] Il savait désormais.
En prenant conscience de cela, il sentait qu’il ne pouvait plus avoir peur de rien, car la plus terrible peur de l’Homme venait de lui être enlevée. Quand il mourra, il savait où il irait. Il savait qu’il ne serait pas seul, à s’ennuyer dans des ténèbres terreuses, au milieu de la vermine. Son âme ne flotterait pas dans le néant, sa mémoire ne disparaitrait pas dans l’oubli, ses émotions seraient intactes. Il resterait le même.
Même mort, tout irait bien.


Je remercie une nouvelle fois l’auteur pour avoir accepté ce nouveau partenariat. J’en profite pour passer un petit coucou à Simone, la copine à huit pattes, parce que grâce à elle, j’ai beaucoup rigolé pendant ma lecture !

Cher Anthony, je te remercie personnellement pour m’apporter autant de vertiges avec tes romans. C’est un immense plaisir et un honneur pour moi de pouvoir travailler sur tes écrits ! Sache que j’éprouve une grande hâte à l’idée de découvrir tes futurs écrits.
Continue comme ça, avec ta motivation et ton dynamisme, avec ta compréhension et ton humour. Parce que ce sont ces choses là qui te caractérisent et qui permettent à tes livres d’être sincères et exceptionnels.


Pour aller plus loin & retrouver ANTHONY LAMACCHIA !


 

Je lis des auto édités

button-b

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s